France | Select other Country

Livraison gratuite

2013

Le Q10 de Pharma Nord utilisé dans l’étude Q-Symbio


Les faits se reproduisent : Pharma Nord occupe à nouveau les grands titres des journaux de santé internationaux. Plus récemment, le professeur Sven Aage Mortensen du Rigshospitalet de Copenhague et ses collègues européens et asiatiques ont présenté les résultats de l’étude Q-Symbio au congrès des cardiologues qui a eu lieu à Lisbonne, du 23 au 28 mai 2013.

420 patients de 9 pays différents ont participé à l’étude Q-Symbio réalisée sur des personnes ayant des faibles taux de Q10.

Le Q10 de Pharma Nord, dissous dans une huile végétale

Le traitement actif consistait en une capsule en gélatine souple contenant 100 mg de coenzyme Q10, trois fois par jour pendant deux ans. Les résultats de l’étude ont montré que les personnes prenant du Q10 allaient beaucoup mieux de façon générale, que les personnes prenant le placebo.
L’année dernière, une autre étude réalisée sur des personnes âgées en bonne santé, appelée Kisel-10, a montré des résultats similaires. Cette étude s’est faite sous la responsabilité du Dr Urban Alehagen et de son équipe, en utilisant le Q10 de Pharma Nord, ainsi que le produit SelenoPrecise.

Pourquoi choisir le Q10 de Pharma Nord ?

Les chercheurs ont choisi le coenzyme Q10 de Pharma Nord comme référence pour leurs études, puisque c’est le seul Q10 ayant fait l’objet de 90 études scientifiques publiées prouvant sa très haute biodisponibilité et son innocuité. Ce produit est fabriqué sous le contrôle des autorités pharmaceutiques danoises et a été élu produit de référence de l’International Coenzyme Q10 Association.
Pharma Nord  a aussi enregistré son Q10 comme médicament dans certains pays.



Les personnes en surpoids manquent de vitamine D


Une récente étude montre que le degré d’obésité et la carence en vitamine D sont inversement proportionnels. En d’autres mots : Chaque fois que notre indice de masse corporelle (IMC) augmente de 10%, notre taux de vitamine D dans l’organisme diminue de 4,2%.

Selon les chercheurs, l’explication est simple. La vitamine D est une molécule liposoluble (qui ne se dissout pas dans l’eau, mais que dans les graisses). Elle est donc stockée dans l’organisme au niveau de nos tissus adipeux. Plus nous formons de masse grasse, plus cette vitamine D est stockée, et logiquement, moins elle est disponible pour circuler dans le sang et être utilisée.

Dans cette méta-analyse, les chercheurs ont inclus 21 études réalisées sur 42 000 personnes au total, ce qui rend le résultat très crédible scientifiquement. Ce résultat est applicable aussi bien aux hommes ou aux femmes, jeunes et âgés.

En revanche, l’inverse n’est pas vrai. L’étude ne suggère pas qu’une carence en vitamine D peut conduire à l’obésité. Les personnes en surpoids/obèses doivent donc veiller à ingérer suffisamment de vitamine D au quotidien.

Février 2013